Fin connaisseur du dossier, le docteur en droit, Frandney D. Julien défend cette hypothèse dans un livre qui sera en vente signature à Livres en Folie.

Titre du livre : « Les non-dits de l’affaire Guy Philippe, après la pluie…la tempête ». La pluie, pour Guy Philippe : il a plaidé coupable notamment de blanchiment d’argent. La tempête pour un certain secteur dont la collaboration de l’ancien commissaire de police avec la justice américaine est susceptible de nuire évoque Frandney D. Julien à Magik 9. Quel est ce secteur ? Frandney Julien fait durer la surprise : « Dans mon ouvrage, j’ai expliqué en quoi consistera la collaboration de Guy Philippe avec les autorités américaines. Après l’avoir lu, on saura exactement quel secteur devrait être inquiété ».

Quelques indices : en plus de la citation comme témoin de l’ancien chauffeur de Guy Philippe, le FBI a soumis huit enregistrements téléphoniques. Cinq comportent la voix du sénateur élu de la Grand’Anse. S’il a été sur écoute, il convient de se demander avec qui communiquait-il.

Dans l’attente de son verdict final, le 21 juin, on sait que Guy Philippe a « reconnu avoir reçu entre 1,5 et 3,5 millions de dollars de trafiquants de drogue. Il a également avoué avoir bénéficié de l’aide de certaines personnes, dont des policiers. Dans le deal, les autorités ont écarté pour le moment les chefs d’accusation de trafic de drogue (peine maximale : prison à vie) et transaction financière frauduleuse (peine maximale de 10 ans) et permet à l’accusé de plaider coupable pour blanchiment des avoirs (peine maximale de 20 ans). Si entre la date de la signature de l’accord et le jour de la sentence on estime qu’il n’a pas collaboré, on peut encore revenir avec les autres chefs d’accusation et il risquera la prison à vie ».

Source: loophaiti.com

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *