Jovenel Moïse au pied du mur… Il doit fixer le salaire minimum

Le président Jovenel Moïse, au pied du mur, ne s’est toujours pas prononcé sur les recommandations du Conseil supérieur des salaires qu’il a reçues depuis le 7 juillet. Le chef de l’État, après être passé en force pour monter ce CSS incomplet de huit membres, a levé le pied sur l’accélérateur. Il a multiplié les rencontres pour trouver une issue à la crise avec des leaders syndicaux dont les appels à manifester pour obtenir 800 gourdes comme salaire minimum vident les usines, retardent la livraison des commandes dans le secteur de la sous-traitance textile, le premier poste d’exportation d’Haïti avec quelque 1 milliard de dollars US l’an. Sans détour, Bernard Craan, président du Forum économique du secteur privé, a confié au journal, le lundi 24 juillet 2017, qu’il appartenait maintenant au président Jovenel Moïse de « trancher ». « Les recommandations du CSS ne sont que ça, des recommandations. C’est l’exécutif qui prend la décision d’arrêter un salaire minimum ou des salaires minima en fonction des différents secteurs. Le patronat a sa position. Il faut maintenant que l’exécutif tranche », a insisté Bernard Craan. Sur la demande de 800 gourdes, le patron du Forum économique du secteur privé a un non ferme dans la bouche.« Nous nous étions déjà prononcés sur la question des 800 gourdes. En ce qui me concerne et en ce qui concerne le secteur privé en général, un ajustement à 800 gourdes n’est pas possible pour des raisons évidentes », a-t-il dit. « Nulle part au monde, on a vu un ajustement de salaire minimum qui a plus que doublé du jour au lendemain. Il y a risque d’effet boule de neige pour les autres catégories de salaires », a souligné Bernard Craan. « Mais il n’y a pas seulement ça. Pour l’industrie concernée, l’assemblage, cela impliquerait la fermeture des usines d’assemblage d’après tous les calculs qui ont été faits », a-t-il souligné. Le patron de l’organisation des patrons a renouvellé le soutien du secteur privé à ses trois représentants au CSS et souhaité que le secteur syndical aboutisse à une entente à ce niveau. Rien n’indique, pour le moment, que la hache de guerre va être enterrée entre syndicalistes. Dominique St-Éloi, qui a n’a pas rejoint le CSS, en dépit de sa désignation, ne jure maintenant que par le départ de Fritz Charles et Pierre Joseph Télémaque, représentants syndicaux au sein de cette entité tripartite. « Ils sont des syndicats jaunes », a tempêté Dominique St-Éloi qui a annoncé au journal la tenue d’une conférence de presse mardi pour relancer la mobilisation dès la semaine prochaine. Il dit avoir attendu en vain, dimanche et lundi, un signe du palais national, après les rencontres avec le chef de l’État, Jovenel Moïse. « Le président veut chercher des solutions. Il montrer sa bonne volonté », a reconnu Dominique St-Éloi. « Nous n’attendons pas », a cependant souligné le syndicaliste. Le journal a contacté le palais. Pour le moment, il n’y a pas d’annonce à ce sujet, a confié Lucien Jura. Un communiqué du palais a informé que le chef de l’État avait visité le centre de production de l’Ed’H à Carrefour 2. Il s’est entretenu avec des maires de la zone métropolitaine sur la gestion des détritus.

 

Bernard Craan, le patron du Forum économique du secteur privé.

 

Roberson Alphonse

Publié le 2017-07-24 |

Source: Le Nouvelliste

 

 

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *