Santé, assainissement, énergie, Port-au-Prince retient l’attention du président Moïse

Le président de la République a procédé ce lundi à l’installation de la Commission de réforme du système de santé et des services hospitaliers en Haïti. Une belle brochette de spécialistes doit se mettre bientôt à la tâche. Espérons que leur expérience dans ce qui ne marche pas bien dans le secteur les éclairera dans la recherche de solutions pérennes. Jovenel Moïse a tenu une grande réunion avec les maires de la région métropolitaine en vue de trouver une solution durable au problème de l’insalubrité. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, celui de l’Environnement, le directeur général de la Police nationale d’Haïti, la directrice générale du Service métropolitain de collecte des résidus solides (SMCRS), des responsables d’autres entités concernées par la problématique de la propreté ont pris part à la rencontre, fructueuse aux dires des élus qui y ont assisté. Toujours ce lundi, le chef de l’État a visité, accompagné du député de Carrefour, Jacques Beauvil, le centre de production de l’Électricité d’Haïti dans ladite commune. C’est une visite marquante pour un des maillons de la chaîne d’une entreprise publique délaissée depuis des années au profit d’opérateurs privés. La lumière n’est plus synonyme d’EDH depuis des lustres en Haïti. L’État n’y investit plus un rond depuis le temps où le diable était simple caporal. En s’impliquant personnellement avec ces trois rendez-vous de lundi, le président Jovenel Moïse veut-il envoyer un signal ? La délégation de l’Association nationale des médias haïtiens (ANMH), qui a rencontré le président ce lundi, n’a pas eu le temps de lui poser la question. Ces trois thématiques : la santé, les fatras et l’électricité concernent le pays tout entier. Particulièrement la capitale. Port-au-Prince, pour son malheur et pour son bonheur, concentre les agglomérations urbaines avec les plus forts taux de personnes par mètre carré du pays. La santé y est un vrai problème. L’évacuation des ordures, un casse-tête permanent. Le besoin d’électricité, une nécessité. Pour résoudre les équations santé-assainissement-énergie, toutes les synergies seront nécessaires. L’État doit renforcer les capacités de l’EDH même si les fournisseurs privés resteront dans le jeu. La santé ne pourra pas continuer à être le fardeau exclusif des pouvoirs publics sans les compagnies d’assurances. Ni les Travaux publics, tutelle du SMCRS, ni le ministère de l’Intérieur, bras financier des mairies, ni l’exécutif et sa bonne foi ne suffiront si le secteur privé n’embarque pas dans la chasse aux fatras. L’investiture de la Commission de réforme du système de santé et des services hospitaliers en Haïti, la réunion multipartite sur l’assainissement, la visite des installations de génération d’énergie de Carrefour, tout cela augure, on l’espère, un virage dans les politiques publiques pour la région métropolitaine. Cela fait des mois que les usagers de la capitale attendaient cette attention.

 

Publié le 2017-07-24 |

Source: Le Nouvelliste

Please follow and like us:
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *