Un visa est désormais exigé aux Haïtiens qui voyagent en Argentine

L’Argentine vient de supprimer Haïti de la liste des pays dont les ressortissants sont exemptés de visas. Un bulletin officiel publié le 21 août dernier par le ministère de l’Intérieur de ce pays sud-américain précise qu’Haïti ne figure plus parmi les États bénéficiaires de la résolution du 13 février 1995 (189/95). Ce document indique que les voyageurs venant de certains pays du continent américain n’ont besoin que d’un passeport valide pour entrer en Argentine à titre de touristes.

La décision du Gouvernement de Mauricio Macri s’explique par une augmentation significative du nombre d’Haïtiens qui tentent d’entrer ou qui entrent en Argentine comme touristes sans pourtant garder de rapport avec le cadre touristique. Cet important flux de voyageurs occasionnait des incidents divers dans les aéroports, poursuit le bulletin qui cite des données fournies par la direction générale de movimiento migratorio (direction générale du mouvement migratoire).

Un nombre record d’Haïtiens dans les aéroports

Aussi, on a souligné qu’au cours des cinq premiers mois de 2018, il s’est produit plus de refoulements que ceux de 2016 et 2017 compilés. Ce qui a fait craindre une hausse de plus 400 % de ces chiffres d’ici à la fin de 2018 par rapport à l’année dernière. L’instance chargée de traiter les demandes de refuge en Argentine, la comision nacional para los refugiados (Commission nationale pour les réfugiés) rapporte que les requêtes venant des Haïtiens ont progressivement augmenté depuis environ un an. En 2016, les demandes formulées étaient de 216. Ce chiffre est passé à 385 en 2017. Et déjà, au milieu de l’année 2018, on a reçu pas moins de 338 dossiers. Une bonne partie de ces demandes d’asile sont habituellement rejetées parce qu’elles paraissent non fondées.

La mesure qui consiste à exiger un visa aux voyageurs haïtiens est entrée en vigueur 24 heures après la publication de la note officielle, soit le 22 août 2018. Elle participe, selon le gouvernement, des démarches en vue de réguler la migration et à la rendre sécuritaire et efficace. Le gouvernement argentin annonce avoir informé l’État haïtien de la suspension de la résolution 189/95 qui garantissait le privilège en question.

Ce n’est pas le paradis

Les membres de la diaspora haïtienne en Argentine se plaignent ces derniers temps des difficultés liées à la crise économique qui frappe ce pays depuis le début des années 2000. Le ralentissement des activités économiques et les mesures de redressement adoptées ont l’air d’affecter plus sévèrement les migrants que les natifs. Pour les étudiants, les choses se sont également compliquées avec une grève incessante dans les universités publiques dont certaines sont même fermées temporairement à cause de l’ajustement opéré par les autorités.

De nombreux Haïtiens, ayant appris qu’ils n’avaient pas besoin de visa, s’empressaient de se rendre en Argentine pour fuir la pauvreté qui ne cesse de gagner du terrain dans leur pays. Toutefois, après leur arrivée à l’aéroport, certains voyageurs qui ne parvenaient pas à convaincre les agents de l’immigration sur les motifs de leur présence sur le sol argentin étaient renvoyés dans leur pays.

À Port-au-Prince, aucune réaction officielle n’a encore été produite. L’ambassade d’Argentine n’a pas publié d’information relative à ce changement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

error: Content is protected !!